L’ours noir est LE restaurant mobile par excellence qui parcourt le nord de la France. Chacun de ses passages sur vos fêtes foraines attire plusieurs centaines de personnes qui viennent manger chaque jour dans ce restaurant dont la spécialité est le cochon de lait. Incontournable et à découvrir absolument.

HISTORIQUE …

C’est en 1951 que André Frérot et Suzanne Poetschke se lancent dans le commerce en achetant une tente de bois. Il permet déjà au client de s’installer à une table afin de manger déjà copieusement.

C’est vers 1960 que les amoureux décident d’acheter du matériel roulant, afin d’emporter plus facilement et partout leur « restaurant », et ainsi suivre les foires de France. Bien sûr, en faisant ça, le couple ne voulait pas que le service en pâti, et ils proposent alors un restaurant mobile de qualité, avec des services semblables à ceux des brasseries normales et fixes.

C’est au début des années 70, en 1971 précisément, qu’André décide de passer le manche à ses deux fistons. Aujourd’hui, il ne reste plus que Gérard (l’un des deux frères)  et sa femme Jeannine qui font tourner le resto comme des chefs. Agnès, leur fille, vient de rejoindre les parents dans ce fabuleux travail.

4 jours de montage … pour se régaler …

Il faut environ 4 jours pour que l’Ours Noir sorte de terre. Il n’en faut que 2 pour démonter le monstre.

En 4 jours donc, c’est presque 400 m² de restaurant qui prend places sur vos foires et fêtes foraines, soit environ un peu plus de 400 places assises. Les plats sont préparés dans une véritable cuisine tout équipée et autonome. Une chambre froide à disposition afin de conserver les aliments dans les règles d’hygiène les plus strictes qui soient.

Les produits sont livrés par des fournisseurs régionaux de qualité, qui suivent l’Ours Noir depuis de nombreuses années.

C’est ainsi plusieurs milliers de personnes, qui pendant près d’un mois viennent manger à leurs appétits dans ce restaurant de renom. Et des adeptes, il y en a de plus en plus. Alors pourquoi pas vous ?

Sa spécialité: le cochon de lait

L’une des spécialités les plus en vogue dans le restaurant est le cochon de lait, grillé au feu de bois. Un goût exceptionnel et exquis.

L’ours noir propose également:

  • Terrine de foie de volaille maison
  • Terrine de Lapin Maison
  • Du Fromage de tête maison
  • Du Poulet rôti
  • De la choucroute avec Jaret
  • Des Moules farcies
  • Des Huîtres
  • Du Porcelet de Lait qui au feu de bois avec Frites fraiches
  • Et également, une copieuses cartes de desserts divers et variés.

Sa tournée:

L’ours Noir est pour le moment basé dans les villes du nord de la France:

  • Février – Mars: Troyes
  • Avril: Nancy
  • Mai: Rouen Quai Bas – Rive Gauche
  • Juin: Foire Exposition – Amiens Mégacité
  • Juillet: Foire de la Hotoie – Amiens
  • Septembre: Foire Saint Gilles – Elbeuf
  • Octobre – Novembre: Foire Saint Romain Rouen

+ Lien internet: http://www.ours-noir.com/

Gérard Poetschke, grand patron de l'Ours Noir

Vos avis et souvenirs de l’ours Noir …

  • De Michel… : En 1951, j’avais 12 ans. À cette époque,après la Saint Gilles et avant la Saint Romain, la foire s’installait sur l’avenue de Caen à Petit Quevilly et très précisément à l’angle du passage Liégeard (face à la caserne Tallendier), un couple s’installait pour y vendre des frites, profitant du café bar d’à côté (M.Mme Frègnier) où les gens s’installaient pour y manger leurs frites.
    Le sérieux était de rigueur, le couple ne rigolait pas. Les pommes de terre étaient épluchées à la main, assit sur un tabouret à l’arrière du café-bar, à l’abri des regards dans le « S » que forme le passage.Mais je crois que déjà à cette époque l’outil permettant de transformer la pomme de terre en frites existait, bien que j’ai un doute.
    C’était bien sûr les parents de Gérard, ceux qui ont créé l’ours noir.
    En dehors de mes deux ans de service militaire, je n’ai jamais cessé, chaque année, de fréquenter l’ours Noir, car ce qui est exceptionnel dans ce restaurant, c’est la constance de la qualité de ce que l’on y mange. Jamais déçu, les clients ne s’y trompent pas et l’on peut même se demander si la publicité est nécessaire, au vu de la fidélité de sa clientèle et la fidélité de Gérard envers une partie de son personnel, toujours présente chaque année.
    Merci André, merci Suzanne, merci Gérard, merci Jeannine et surtout merci à Agnès de faire perdurer cet exemplaire restaurant de foire dont on ne peut se passer.
    Bien cordialement …. Michel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.